22 novembre 2007

Guide Michelin Tokyo

Force est de constater que les Japonais n'ont plus grand chose à envier à l'occident et spécialement à la France, en matière culinaire! Hier soir, le premier guide Michelin Tokyo est sorti, après une année et demie de préparation! Le résultat parle de lui-même : avec 191 étoiles, la capitale mondiale de la gastronomie se nomme... Tokyo. Il était donc grand temps que des occidentaux viennent constater cette réalité! Évidemment, je crois qu'il faut relativiser, en ramenant le nombre d'étoiles à la taille de la ville (12 millions d'habitants, 30 millions pour la conurbation), mais c'est quand même impressionnant!

Depuis 1999, j'ai pu constater qu'aller au restaurant et faire plaisir à ses papilles est quelque chose de très important ici. Quand je pars en voyage, une des premières questions à mon retour est généralement "Qu'est-ce que vous avez mangé là-bas?", prouvant "l'intérêt" prononcé des Nippons pour la bonne chère! D'autre part, il n'est pas nécessaire d'aller dans un restaurant étoilé par le Michelin pour bien manger. C'est de toute façon assez hors de portée du toubab moyen, dont je suis la plus plate incarnation. Qu'à cela ne tienne, une foultitude de petits restaurants, à la cuisine sophistiquée ou non, proposent des menus à des prix très raisonnables, pour une qualité excellente (d'après moi...)! Et cela, quelque soit la cuisine! Si je veux manger français à Osaka, je connais le "Bistrot d'Anjou",  où je pourrai avoir un menu et le café, avec le choix, la qualité et un service agréable, rapide et extrêmement professionnel, pour 1050~1575 yens (6,5-10 euros) pour le déjeuner et à partir de 20 euros pour le dîner. Ce lieu si plaisant, où je vais parfois, n'est qu'un exemple parmi d'autres! Je ne parlerai même pas de cuisine japonaise, mais la réalité dépasse l'entendement, tant on mange bien ici, pour finalement assez peu cher! Gourmands et gastronomes, qu'attendez-vous?

J'ajouterai que les chefs français ont du souci à se faire pour l'avenir, même si les cuisiniers japonais leur vouent encore de l'admiration, au point d'accepter de travailler gratuitement pendant une année en France et de vivre dans une chambre de bonne au dessus d'un établissement de bonne réputation,  car ces jours-là me semblent comptés! Allez savoir si ce ne sera pas le contraire dans 50 ans et que les cuisiniers français ne devront pas venir parfaire leur formation au Japon pour gagner leurs lettres de noblesse!

L'amour du travail bien fait, l'assiduité et le courage, c'est fou ce que ça permet de faire...

Voici la dépêche de l'AFP que je me suis permis de reprendre sur Google!



Tokyo devient la ville la plus "étoilée" du monde par le guide Michelin

TOKYO (AFP) — Tokyo est devenue lundi la ville la plus "étoilée" du monde par le guide Michelin qui, pour sa première incursion hors du monde occidental, a fait pleuvoir sur les restaurants de la capitale japonaise le nombre record de 191 "macarons", deux fois plus qu'à Paris.

Pour la première fois des 108 ans d'histoire du fameux guide français, la totalité des 150 établissements sélectionnés ont reçu au moins une étoile, un hommage à la "cuisine hors pair" du Japon, selon Michelin.

Huit restaurants --cinq de cuisine japonaise et trois de cuisine française-- ont reçu la distinction suprême des trois étoiles, qui honore un établissement censé valoir à lui seul le voyage. Vingt-cinq autres restaurants se sont vus attribuer deux "macarons", et les 117 restants un seul.

La cuisine japonaise représente 60% de la sélection. Parmi les 59 restaurants "étrangers" (dont la plupart sont tenus par des chefs japonais), on en dénombre 44 de cuisine française, huit de cuisine italienne, cinq de cuisine chinoise et deux de cuisine espagnole.

"Tokyo devient la ville de la haute gastronomie mondiale, la ville la plus étoilée au monde", s'est félicité lors d'une conférence de presse le directeur des Guides Michelin, Jean-Luc Naret.

"C'est grâce à la qualité si incomparable des produits utilisés, aux techniques de cuisson employées, à cet héritage et à ces traditions culinaires transmis de génération en génération et qui continuent de se développer grâce au talent des chefs, que le guide Michelin Tokyo offre une sélection de restaurants tous étoilés", a-t-il ajouté.

Les 191 "macarons" de Tokyo représentent près du double de ceux distribués aux restaurants de Paris (97) et plus du triple de New York (54).

Parmi les "triples étoilés" figurent les restaurants de cuisine traditionnelle nippone "Hamadaya", "Kanda" et "Koju", ainsi que les maisons de sushis "Sukiyabashi Jiro" et "Sushi Mizutani".

D'autres étoiles honorent la haute cuisine "kaiseki", les nouilles de sarrasin "soba", les grillades "teppanyaki", les sushis, tempuras ou encore le "fugu", un poisson aux entrailles empoisonnées que seuls les chefs spécialement licenciés sont autorisés à manipuler.

"L'Osier", du chef Bruno Ménard, et un autre grand restaurant français, "Quintessence", obtiennent également les trois macarons.

"Je serai viré si je n'obtiens pas les trois étoiles", avait déclaré à la presse Yuichiro Watanabe, chef du restaurant "Joël Robuchon", situé dans une imitation de château Renaissance du quartier d'Ebisu.

Au moins pour cette année, sa carrière est sauvée.

"Beige", enseigne-phare du chef français Alain Ducasse à Tokyo, créé la surprise en n'obtenant qu'une étoile.

M. Naret a en outre raconté qu'un des restaurants de cuisine française les plus connus de la ville, qu'il a refusé de nommer, était absent du guide, les inspecteurs n'ayant rien trouvé d'extraordinaire dans leur assiette.

"Nous ne faisons pas ce guide pour donner une Légion d'honneur à un chef. Nous faisons ce guide pour plaire à nos lecteurs", a expliqué M. Naret.

Publié en japonais et en anglais, le guide sera mis en vente mercredi soir.

Sa parution, très attendue dans un pays où la bonne chère fait quasiment figure de religion, a été précédée de vifs débats entre chefs, critiques gastronomiques et bloggeurs, certains affirmant d'emblée qu'un guide étranger serait incapable de bien juger la cuisine japonaise.

Le "guide rouge" n'est pas rancunier, puisqu'un des chefs qui s'était le plus vertement répandu en critiques contre le guide, Yoshikazu Ono, voit son restaurant de sushis "Sukiyabashi Jiro" décrocher les trois étoiles.

Pour affirmer encore plus sa "japonitude", le "guide rouge" sera béni mercredi lors d'une cérémonie shintoïste dans un sanctuaire dédié à Daikoku-sama, le dieu des affaires, dans le vieux quartier tokyoïte de Kanda.



Posté par micheldavy à 17:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Guide Michelin Tokyo

    ミシュランのガイドブック

    バカ売れみたいだね。
    私は見たことないけど、ブランド好きの日本人のことだから
    ガイドブックに載ったお店は大盛況だろうね。

    Posté par Mari, 24 novembre 2007 à 10:06 | | Répondre
Nouveau commentaire